Abdelkader Bensalah pour un dialogue et des élections présidentielles

L’Algérie a besoin d’un dialogue national pour préparer l’élection présidentielle et mettre fin à la crise politique, a déclaré mercredi le président par intérim, Abdelkader Bensalah, alors que les manifestations de masse réclamant des réformes politiques radicale se poursuivaient.

Après 20 ans au pouvoir, le président Abdelaziz Bouteflika a démissionné le 2 avril sous la pression des manifestants et de l’armée, mais les manifestants demandent un changement radical.

Les autorités ont reporté l’élection présidentielle initialement prévue pour jeudi, prolongeant ainsi la période de transition dirigée par Bensalah à la tête de la Chambre haute, conformément à la constitution.

Dans un discours télévisé, Bensalah a déclaré qu’un dialogue national devrait être lancé pour décider de la manière de tenir les élections présidentielles, sans fixer de date. »Le dialogue sera axé sur l’objectif stratégique … l’organisation d’élections », a-t-il déclaré.

L’armée, l’institution la plus influente du pays, ne participerait pas au dialogue, a déclaré Bensalah, qui avait été appelé par les manifestants à démissionner étant un proche allié de Bouteflika.

Les manifestants, en particulier les jeunes, demandent le départ de personnalités, notamment des hommes politiques et des hommes d’affaires, qui dirigent le pays nord-africain depuis l’indépendance de la France en 1962.