Ahmed Mazouz emprisonné pour corruption au milieu de nouvelles sur l’arrestation du fils de Sellal

Un tribunal d’Alger a condamné mercredi  l’homme d’affaires Ahmed Mazouz, propriétaire du groupe hyponymede à la prison pour corruption.

Ahmed Mazouz, est proche des anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, qui sont en prison pour des accusations similaires.

La condamnation a été prononcée à la suite d’une enquête menée par la police judiciaire de la gendarmerie sur le financement d’une usine de montage de voitures de fabrication japonaise.

Les enquêtes ont montré que Mazouz avait obtenu des concessions et des emprunts auprès de banques gouvernementales pour financer le projet avec l’intervention de Sellal d’abord entre 2012 et 2017, puis d’Ouyahia de 2017 à 2019.

L’enquête incluait des projets menés par des membres de Sellal et des familles de l’homme d’affaires algérien Ali Haddad, ont déclaré des sources judiciaires informées de l’enquête, selon Asharq Al-Awsat.

Les activistes du mouvement d’opposition ont confirmé mercredi que la gendarmerie avait également arrêté le fils de Sellal pour ses relations avec Mazouz.

Six des plus grands hommes d’affaires du pays et des membres de leur famille ont été emprisonnés. Tous proches de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, de son frère emprisonné Said Bouteflika et de Ouyahia and Sellal.

La plupart d’entre eux avaient apporté des contributions financières importantes aux campagnes électorales de Bouteflika en échange d’accords lucratifs leur permettant d’accumuler une énorme richesse.

Les autorités judiciaires ont réprimé les suspects dans des affaires de corruption après avoir reçu des instructions claires du commandant de l’armée, le général Gaed Salah.

Salah a récemment souligné dans une déclaration que le futur président ne tolérerait pas la corruption, suscitant la controverse selon laquelle le chef de l’armée exercerait un contrôle sur le prochain chef de l’État du pays.

Dans le même temps, les autorités ont été pressées mercredi de libérer l’icône de la guerre de libération, Lakhdar Bouregaa, emprisonné pour avoir «contribué à affaiblir le moral de l’armée» et «insulté les autorités».

Le colonel Youcef al-Khatib, l’une des personnalités les plus en vue de la guerre de libération, a appelé à la libération de Bouregaa, qui a mené les combats sous sa supervision.

En réponse à une campagne lancée par la télévision publique contre Bouregaa, Khatib a déclaré qu’il avait rejoint la révolution en 1956 après avoir quitté la conscription obligatoire.

Bouregaa faisait partie des premiers régiments à propager la révolution et avait plusieurs responsabilités en tant qu’officier du célèbre bataillon Zubair, qui menait plusieurs opérations héroïques contre l’armée française, a ajouté Khatib.

Source:aawsat.com