L’Algérie et la Chine construiront un projet de phosphate d’une valeur de 6 milliards USD à Tébessa

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia lancera le méga projet d’exploitation du phosphate, implanté dans la région de Tébessa , à la frontière avec la Tunisie.

Le projet sera réalisé en partenariat entre deux groupes algériens et deux groupes chinois, a déclaré un expert.

La part de la Chine dans le méga projet est estimée à 49%, tandis que la partie algérienne détiendra la majorité du capital à 51%, conformément à la loi sur les investissements.

Ce projet sera mené en partenariat avec deux sociétés algériennes, à savoir la Sonatrach et Asmidal-Manal, et deux sociétés chinoises, dont CITIC et le groupe Wengfu.

Les actionnaires doivent établir leur consortium dimanche, alors que la phase de production est prévue pour 2022.

Le ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a annoncé le 13 septembre que ce complexe de phosphates entrerait en service en 2022.

En outre, le projet dont la production devrait atteindre six millions de tonnes par an comprendra la duplication de la voie ferrée reliant le site de production au port d’Annaba et générera 2 500 emplois permanents.

Lire aussi: Les banques chinoises financeront 80% du complexe de phosphate de Tébessa

Le projet vise à exploiter d’énormes quantités de phosphate de haute qualité, qui seront ensuite utilisées pour produire des engrais, de l’ammoniac, du silicium et d’autres matériaux utilisés dans le cadre d’activités économiques.

À travers ce projet, l’Algérie souhaite pouvoir exporter chaque année deux milliards de dollars d’engrais et parvenir à augmenter progressivement ses réserves de phosphate et de gaz naturel grâce à la mise en place d’une industrie structurée, transformatrice et génératrice de richesse, qui permettrait au pays de devenir l’un des plus importants exportateurs d’engrais dans le monde.

En octobre 2016, Alger et Beijing ont signé un pacte de renforcement et de diversification de leur partenariat bilatéral dans les domaines suivants: industrie de la transformation, exploitation des ressources énergétiques, industrie métallurgique, chemins de fer, sidérurgie et infrastructures de base.

La première réunion de la commission mixte chargée de la mise en œuvre de l’accord qui s’est tenue à Alger a permis d’établir une liste de cinq projets – le méga port d’El Hamdania à l’ouest d’Alger, le projet d’exploitation de phosphate dans l’est de l’Algérie, la mise en place d’usines de sous-traitance automobile , fabriquant des dispositifs de paiement électronique et développant des mines de granit et de marbre.