L’Algérie réalise des progrès majeurs en 2018 dans le domaine des télécommunications par satellite

L’Algérie a réalisé en 2018 des progrès majeurs dans la maîtrise des technologies de télécommunications spatiales avec la diffusion réussie des chaînes de télévision et de radio publiques grâce au nouveau satellite algérien Alcomsat-1 et le lancement de programmes d’apprentissage à distance et de télémédecine via ce satellite.

Le programme spatial national, lancé en 2006 et se terminant en 2020, a franchi cette année une étape supplémentaire, notamment dans le domaine des télécommunications, avec la diffusion de ces chaînes de télévision et de radio et le lancement de projets de formation en ligne et de santé en ligne via Alcomsat. -1, lancé le 10 décembre 2017.

Quelques mois seulement après son lancement, Alcomsat-1 a mené à bien certaines de ses missions, telles que la diffusion de cinq chaînes de télévision publiques (programme national, Canal Algerie, TVA3, TV4 et TV5) et de 57 chaînes de radio, diffusées auparavant par des satellites étrangers.

Cette opération est considérée comme une première pour l’Algérie, qui marque son entrée dans la diffusion par satellite de chaînes de télévision et de radio.

La Télédiffusion d’Algérie (TDA) a officiellement diffusé, le 1er novembre 2018, deux bouquets multicanaux, dont l’un comprend cinq chaînes de télévision de qualité HD (au moins 720p) et l’autre de ces mêmes chaînes de télévision (définition standard, 480p) et 57 stations de radio services (chaînes régionales, nationales et thématiques) ainsi que le fil de presse de l’agence APS (Algérie Presse Service).

Cette performance intervient quelques jours après l’appel lancé par le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, invitant le secteur de l’audiovisuel à répondre aux besoins des auditeurs et des téléspectateurs en remportant les enjeux imposés par le progrès technologique.

Le satellite Alcomsat-1 a succédé à une partie de ses missions avec la diffusion officielle de ces cinq chaînes de télévision HD, processus entamé avec la signature le 21 mai 2018 d’un accord-cadre entre la TDA et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) sur la l’exploitation des capacités de ce satellite, notamment dans la partie radiodiffusion.

Un an après le lancement d’Alcomsat-1, l’Algérie envisage de fabriquer un deuxième satellite de télécommunication, Alcomsat-2, qui sera construit par des spécialistes algériens, contrairement au premier réalisé par des ingénieurs chinois.