L’aquaculture en Algérie: Un secteur en pleine croissance

Trente-deux projets d’aquaculture sont en cours de développement dans la wilaya de Boumerdès, où les autorités locales ont pour objectif d’obtenir une production annuelle de poisson et de fruits de mer de 15 000 tonnes par an d’ici 2020.

Les projets en cours dans la wilaya comprennent une ferme à daurades d’une capacité de 400 tonnes par an et une ferme à moules d’une capacité de 120 tonnes par an. Parallèlement, une ferme à Cap Djinet, en cours de développement, devrait produire environ 1 500 tonnes de dorades et de moules par an. Deux autres fermes, Zemmouri el Bahri et Dellys, visent une production moyenne de 200 tonnes de moules par an.

Cherif Kadri, directeur de la Direction de la pêche au ministère algérien de la Pêche et des Ressources halieutiques, devrait annoncer le lancement de son premier projet d’aquaculture au début de 2019. Il a déclaré à l’agence de presse APS. La valeur des investissements n’a pas été divulguée.

Les projets sont développés par des investisseurs locaux, mais ils font également partie des efforts déployés par les autorités algériennes pour mettre en œuvre la stratégie nationale du pays pour le développement de l’industrie aquacole, selon Kadri. Dans le cadre de cette stratégie, baptisée Plan Aquapeche 2020, le gouvernement algérien vise à atteindre une production aquacole annuelle d’environ 100 000 tonnes de fruits de mer. Les investissements devraient permettre la création de plus de 30 000 emplois en Algérie, selon le document stratégique.