L’ASAL envisage la construction d’un deuxième satellite de communication

ASAL, l’agence spatiale algérienne, pense déjà à un deuxième satellite de communication (Alcomsat-2) qui remplacerait le premier (Alcomsat-1) à la fin de son cycle d’exploitation dans l’espace. Lors de la journée portes ouvertes organisée par l’ASAL les 3 et 4 décembre 2018, son directeur général, Azzedine Oussedik , a révélé que l’ambition de cette agence était de laisser les Algériens construire ce nouvel équipement eux même.

Selon lui, « depuis 2002, nous avons formé un capital humain de haut niveau qui est passé de 100 à 600 » chercheurs. L’Algérie souhaite capitaliser cette expertise pour ses prochaines réalisations spatiales. Pour Azzedine Oussedik, « planifier Alcomsat-2 sur le plan technique est une très bonne chose. Nous n’attendrons pas 15 ans (durée de vie d’alcomsat-1) pour penser à construire un nouveau satellite de communication « . Un démarrage rapide laissera à l’administration spatiale suffisamment de temps pour construire l’infrastructure de manière pacifique.

Alcomsat-2 est l’un des nombreux satellites de dernière génération que l’ASAL envisage de lancer dans l’espace dans le cadre de son programme spatial 2020-2040, juste après l’achèvement du projet actuel, mis en œuvre depuis 2006 et permettant le lancement de cinq satellites. Notons que l’Algérie veut acquérir son indépendance spatiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *