Les exportations de gaz de l’Égypte peuvent lui donner un avantage en matière de politique étrangère, déclare le ministre du Pétrole

L’Égypte a pour ambition d’être exportateur net de gaz d’ici la fin de l’année chose qui va renforcer  politiquement le pays, a déclaré samedi le ministre égyptien du Pétrole, soulignant les opportunités de croissance offertes par le lancement récent du Forum sur le gaz de la Méditerranée orientale.

« Nous ne pouvons pas nier que si nous sommes en mesure de disposer de notre propre énergie, cela nous donnera un avantage certain, non pas une indépendance mais disons un peu de force », a déclaré Tarek El Molla, lors du Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et L’Afrique du nord à Amman, en Jordanie.

Le ministre s’exprimait en réponse à une question sur le fait que de nombreux pays du Moyen-Orient dépendaient de leurs plus riches parrains du Golfe comme l’Arabie Saoudite – et du fait que le soutien économique du Golfe impliquait souvent de renoncer à l’indépendance dans le domaine de la politique étrangère.

Lire aussi: Égypte: La capacité de production de Zohr a augmenté de 25%

« Quand je parle du Forum du gaz de la Méditerranée orientale et de sa plaque tournante, je dis que nous serons ensemble la plaque tournante », a souligné le ministre. « L’Égypte ne pourra jamais être le hub, non, ce sera le hub avec ses pays voisins, alliés, partenaires… nous nous complétons dans ce domaine. »

Le forum, qui vise à établir un marché régional du gaz et à offrir des prix plus compétitifs, comprend l’Égypte, la Jordanie, Israël, l’Italie, la Grèce, Chypre et l’Autorité palestinienne, dont le siège est au Caire. El Molla a décrit le fort intérêt des investisseurs pour les opportunités offertes par le forum.

Frappée par la révolution et les attaques terroristes à partir de 2011, l’Égypte a cessé d’exporter son gaz pendant plusieurs années, mais elle fait maintenant un retour en force et est devenue un acteur clé de ce que de nombreux experts en énergie ont qualifié de « ruée vers l’or du gaz en Méditerranée orientale ».

Le Caire devrait devenir un exportateur net de gaz d’ici fin 2019 et le potentiel en gaz naturel du pays suscite un intérêt considérable, en particulier après le succès du gisement gazier de Zohr en Égypte, un gisement de gaz naturel en mer Méditerranée exploité par l’énergie italienne. cabinet Eni.

Les investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur pétrolier et gazier égyptien ont atteint 10 milliards de dollars pour l’ensemble de l’exercice 2017/18, a déclaré El Molla à un journal égyptien en août dernier, et s’attend au moins à la même chose en 2018/2019. En décembre, El Molla a déclaré que l’Egypte avait signé plus de 12 accords d’exploration et de production avec des compagnies pétrolières internationales (IOC) en 2018.