Sonelgaz veut plus d’intégration industrielle nationale

Une journée d’information sur le thème de « la qualification des matériels électrique et gazier au service du développement industriel en Algérie », a eu lieu le 10 mai 2018, au Centre de formation de Ben Aknoun (CBA). Organisé au profit des chefs d’entreprises et investisseurs nationaux, cet évènement a pour objectifs d’encourager la fabrication, en Algérie, des équipements électrique et gazier, de développer le tissu industriel national et d’assurer ainsi le retentissement du label algérien.

 

Cette rencontre à laquelle ont assisté le ministre de l’énergie, le ministre de l’industrie et des mines, le PDG de Sonelgaz, des industriels et fabricants de matériels, a porté sur les opportunités de développement de la fabrication nationale des équipements destinés aux réseaux de distribution de l’électricité et du gaz ainsi que la procédure de qualification des matériels électrique et gazier en vigueur.

Dans son allocution d’ouverture, le PDG de Sonelgaz a mis l’accent sur l’intégration nationale, dans le domaine de la fabrication de matériels électrique et gazier. Il notera que cette option est une priorité et une orientation stratégique « imposées par la nécessité de diversifier notre économie et l’impératif d’alléger au maximum la facture d’importation des produits industriels semi-finis et intermédiaires ». Aussi, M.Arkab a saisi cette occasion pour inviter les investisseurs à réfléchir sur la portée économique de la fabrication de matériels destinés à la distribution de l’électricité et du gaz. De même, il les a encouragé à investir dans ce secteur à forte valeur ajoutée, tout en les informant que le CREDEG les accompagnera pour réussir ce challenge.

Seuls 30% des équipements des réseaux de distribution sont fabriqués localement

Pour sa part, la PDG du CREDEG a présenté les missions du Centre de Recherche et de Développement de l’Electricité et du Gaz, dont l’activité de qualification du matériel destiné à la distribution de l’électricité et du gaz. Elle notera qu’un énorme marché s’offre aux différents opérateurs nationaux pour répondre aux besoins sans cesse croissants.

Tout en présentant les réseaux de distribution, Melle Salhi a passé en revue les différents équipements et accessoires qui les constituent. Il s’avère que seuls 30% de ces derniers sont fabriqués en Algérie et que 70% reste importés de l’étranger à forts coûts en devises. S’adressant aux investisseurs, elle dira que le marché qui s’offre à eux est à la mesure des besoins importants du secteur à l’horizon 2028.

Par ailleurs, Melle Salhi a précisé que ce matériel se doit de répondre à des spécifications normalisées et que le CREDEG est le garant de cette qualité du produit. Aussi, elle a déroulé le processus de qualification, avec ses différentes étapes, qui permet d’accompagner les fabricants locaux et garantir la traçabilité et la qualité du produit.

 

Elle notera, avec satisfaction, l’accompagnement de 120 fabricants nationaux et saisira cette occasion pour informer l’assistance sur la mise à disposition, de l’ensemble des fabricants, d’une application en ligne, accessible sur le site web du CREDEG, pour déposer leurs demandes de qualification et suivre la procédure.

La nécessité d’une cartographie du secteur

De son côté, le ministre de l’énergie a déclaré que les industriels locaux devraient arriver à fabriquer plus de la moitié des équipements composant le réseau de distribution. A ce propos, M.Guitouni a affirmé que des capacités nationales énormes existent dans ce domaine ; mais il a déploré l’absence d’une cartographie industrielle dénombrant l’ensemble des acteurs activant dans ce domaine. Aussi, il a exhorté les investisseurs à investir ce créneau qui leur ouvrira, par la même occasion, les portes de l’Afrique où la majeure partie de la population n’a pas encore accès à l’électricité, d’où le besoin énorme en la matière dans les années à venir.

Tout en saluant cette initiative louable prise par Sonelgaz, le ministre de l’industrie a précisé que l’Algérie œuvre aujourd’hui à relancer le secteur de l’industrie, en vue de permettre la couverture de ses besoins locaux et d’exporter une partie de sa production vers les pays limitrophes et notamment africains. Concernant les composants des réseaux de distribution de l’électricité et du gaz, il a invité les industriels à s’impliquer dans l’élaboration d’une cartographie pour voir ce qui se réalise en Algérie dans ce domaine. Ainsi, ce document constituera une banque de données nécessaires à la mise en place d’une industrie nationale dédiée notamment à la fabrication de ces équipements et aidera les deux secteurs à se concerter davantage pour réussir les futurs challenges.

Lors des débats, les invités ont salué cette rencontre qui leur a permis d’être informés sur le secteur dans lequel ils évoluent et de prendre connaissance du processus de qualification des équipements. Aussi, leurs questions ont notamment porté sur les difficultés qu’ils rencontrent dans la commercialisation de leur production.

A la fin de cette journée, M.Arkab informera que la gamme de fabrication sera élargie incessamment, dans le but de s’affranchir des produits importés et par la même offrir aux opérateurs nationaux la possibilité d’investir dans des créneaux porteurs. Il donnera rendez-vous pour d’autres regroupements similaires, consacrés aux créneaux du transport de l’électricité et du gaz.

Source:echo sonelgaz